A propos de bougie ou de chandelle, un peu de symbolisme.

 Le symbolisme de la bougie est lié à celui de la flamme.   

Bougie

« Dans la flamme d’une chandelle toutes les forces de la nature sont actives », disait Novalis. La cire, la mèche, le feu, l’air qui s’unissent dans la flamme brûlante, mobile et colorée sont eux-mêmes une synthèse de tous les éléments de la nature.  Mais ces éléments sont individualisés dans cette flamme unique.

La bougie allumée est comme le symbole de l’individuation, au terme de la vie cosmique élémentaire qui vient se concentrer en elle. « C’est dans le souvenir de la bonne bougie que nous devons retrouver nos songes de solitaire… », écrit Gaston Bachelard, « …la flamme est seule, elle veut rester seule. » [Gaston Bachelard, La flamme d'une chandelle, p.36, Paris, 1961.]

A cette idée d’unicité, de lumière personnelle, Bachelard ajoute celle de la verticalité. « La flamme de la chandelle sur la table du solitaire, écrit il, prépare toute les rêveries de la verticalité. La flamme est une verticale vaillante et fragile. Un souffle dérange la flamme, mais la flamme se redresse. Une force ascensionnelle rétablit son prestige. » [ibidem, p.57-58]

Symbole de la vie ascendante, la bougie est l’âme des anniversaires. Autant de bougies, autant d’années, autant d’étapes vers la perfection et le bonheur. S’il faut les éteindre d’un souffle, c’est moins pour rejeter ces petites flammes dans la nuit de l’oubli, les anéantir dans le passé avec leurs cicatrices de brûlures, que pour manifester la persistance d’un souffle de vie supérieur à tout ce qui  fut déjà vécu..

De même, les bougies qui brûlent près du défunt – ces cierges allumés- symbolisent la lumière de l’âme dans sa force ascensionnelle, la pureté de la flamme spirituelle qui monte vers le ciel, la pérennité de la vie personnelle arrivée à son zénith.

[Autre source : Jean Chevalier et Alain Gheerbrandt, Dictionnaire des symboles, mythes, rêves, coutumes, gestes, formes, figures, couleurs, nombres, Collection Bouquins, Edition Robert Laffont/Jupiter, éd.revue et augmentée 1982 - ISBN 2.221.50319.8]

Equilibrium, antienne anniversaire au naturel

Equilibrium, équilibrant, équilibré, dimensionné 

 

Je n’ai pas mis de bougie à l’aurore.

L’an nouveau fut étanché par le vent des amis,

Par le rayon solaire de leur chaleur unique.

Il n’y eut pas de gâteau, pâtisserie de fait

C’est le jardin des mots qui fait pousser pissenlits et salades.

La soupe fût bonne avec du pain trempé.

Céréales et légumes réchauffent autant que le vin de la treille

Pour peu qu’on considère l’absolu nourrissant.

Un peu de vinaigre pommé et de crème pour exacerber les papilles de l’amour de la vie !

Tout le sucre est acide douceurs. Dans son excès

Le raffiné tueur fut la cuillère de miel

Initié par l’abeille.

Nature que tu es belle, c’est toi qui me fait vivre !

Prends le temps de l’inspir pour ouvrir tes chakras,

A l’expir viendra se poser l’énergie.

Retiens ton souffle aussi,

Le prânâ est vibrant :

Nourris-toi de ton air et de ses éléments.

Il faut des forces à la vie !

Les symboles ne sont pas qu’attributs de l’être :

Ce sont des dimensions archétypales à souhait !

C’est dans l’évolution, et les creux et les pleins de nos regards

Que l’humain dans sa vague conscience d’être  naît :

Adieu et au-revoir  se crée dans la seconde !

 *

La main d’un Dieu est dans l’éternité, sourit !

*

vitrines miniatures |
gani26031982 |
awal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU...
| io
| Lettre ouverte