Page d’exuvie quotidienne

Radiance femme

 

 

Page d’Exuvie quotidienne

 

 

Dans les pages cornées du livre de tes rêves,

J’ai puisé l’encre ailée aux crues bleues de ta grève.

J’ai nagé dans tes jubilations sous-marines

Abritant les rayons d’un soleil mandarine.

 

Tous mes jours de pluie drue sont un bonheur du monde,

Ces radiances de toi nées des flammes de l’onde

Gonflent mon cœur, mon âme, d’une allégresse sage ;

Les mots de la joie pure inondent nos partages.

 

Ce sont les « regards-feu » au levant des sourires

Qui font chanter l’intime, l’être en point de mire,

Tes paupières qui s’entrouvrent au tout premier bonjour,

Tes doigts fleurant ma lèvre en un baiser d’amour.

 

Entend l’aube levant l’enfant au saut du rêve,

Son premier soupir né de la nuit qui s’achève, 

Ces frôlements qui meublent dans un dernier sursaut

L’heure creuse en fuite abandonnant là ses vassaux.

 

 

Au frémissement doux du miracle de vie,

D’Amour est la pensée, première science obvie ;

Le souffle en reliance exhume des silences

L’esprit du jour qui nait en humaine existence

 

 

 

esotcelt

 

 

Laisser un commentaire

vitrines miniatures |
gani26031982 |
awal |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | .__-@-=^^/^^LEZARD.MECANIQU...
| io
| Lettre ouverte